Blog

Accueil/Comprendre le Yoga/Parlons yoga : Vishuddhi chakra le centre de la purification.

Parlons yoga : Vishuddhi chakra le centre de la purification.

yogaparis-maniuraPrésentation de VISHUDDHI CHAKRA : le centre de la purification.

En sanskrit vishuddhisignifie purifier, c’est le centre de la purification. En yoga il est dit que chakra recueille la goutte de nectar « amrita » (élixir mystique de l’immortalité, comparable à celui des Dieux grecs nommé « ambroisie »). Ce nectar provenant de Bindu Visarga (chakra de la lune) est déversé par lalana chakra (centre situé au fond et à l’arrière du palais) dans vishuddhi, qui le goûte sous sa forme d’élixir ou de poison. Si le poison est éliminé seul le pur nectar est absorbé et génère vitalité, santé et longévité.
En kundalini Yoga Vishuddhi chakra n’est pas considéré comme un centre primordial pour libérer la kundalini, comme Muladhara, Anahatha et Ajna. Pourtant ce chakra a la fonction importante de purifier et stabiliser les états du mental ce qui permet de développer plus de conscience sur le processus d’évolution de la kundalini et ainsi de réguler son ascension.

Position et fonctions organiques :
On le localise dans le plexus cervicaleau niveau et à l’arrière du creux de la gorge. Il est en correspondance avec le plexus nerveux pharyngé et est relié à la glande thyroïde. Il contrôle les cordes vocales et les oreilles. Son kshetram ou point de résonnance se situe à l’avant de la gorge.

Physiologie psychique de Vishuddhi chakra :

  • Enveloppes du corps ou Koshas : Vishuddhi et Ajna chakra sont reliés à vigyanamaya kosha qui stimule le développement mental et ou psychique.
  • Tattwa ou élément : L’akasha : l’espace ou l’éther.
  • Guna ou qualité de la nature : Sattva la pureté et l’équilibre.
  • Vayu ou courant pranique dans le corps : Dans le champ pranique ou énergétique, vishuddhi chakra est en rapport avec udana vayu ou le prana circule de manière spiralée dans le sens des aiguilles d’une montre et dans un mouvement ascendant comme des anneaux autour des bras des jambes et de la tête. Se mouvement se prolonge jusqu’à la fin de la vie.
  • Gyanendriya ou organe de connaissance : Les oreilles.
  • Tanmantra ou qualité sensorielle : L’ouïe.
  • Karmendriya ouorgane d’action : Les cordes vocales.
  • Plan d’existence, dimension de conscience ou Loka : Ce centre appartient au 5ème loka : Janaha, le deuxième plan des immortels.

Symboles :
Son symbole est représenté traditionnellement par une fleur de lotus d’une couleur gris foncé mais pendant la méditation il apparait comme un lotus violet clair à seize pétales. D’oú émergent seize nadis ou ramifications nerveuses connectées avec le cerveau. Chaque pétale comporte les seize voyelles sanskrites : Am, Am (avec une barre sur le A),Im,Im(avec une barre sur le I), Um, Um(avec une barre sur le U),Rim, Rim(avec une barre sur le i),Lrim, Lrim(avec une barre sur le i), Em, Aim, Om Aum, M (avec un point sur le M), et H avec un point sous le H). Au centre du lotus un cercle blanc semblable à la pleine lune représente l’élément éther ou akasha, C’est espace mène à la libération à celui dont les sens sont maîtrisés et purifiés. A l’intérieur de la lune se trouve un éléphant blanc symbolisant et véhiculant la conscience au niveau de l’éther. Il est surmonté du« bijamantra » mantra germe ou son germe Ham.
Les divinités représentées sont Ardhanariswara une espèce d’androgyne entre Shiva/Parvati et la déesse Sakini qui contrôle les os.

Psychologie de Vishuddhi :
Considéré comme le centre de la purification, Vishuddhi induit aussi le sens de la discrimination. Il a la capacité d’absorber le nectar ou le poison. Ce centre peut annihiler le poison tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du corps. Il permet de sublimer les expériences négatives de la vie et les assimiler en un état de félicité

Les écritures tantriques racontent qu’une goutte d’un élixir de vie est sécrétée au rythme de la lunaison dans bindu visarga (centre situé en haut et à l’arrière de la tête). Ce nectar est de nature transcendantale et s’écoule comme un fluide par Bindu, il imprègne la conscience individuelle lui permettant de se dégager hors du champ de la conscience cosmique. En français on appel ce fluide vital, le fluide divin des Dieux grecs sous le nom d’ambroisie ou encore l’hydromel. En Yoga c’est l’amrit ou le soma, la boisson des Dieux dans la mythologie indoue, c’est aussi madhya le vin divin des Tantras. Chez les chrétiens on retrouve le vin lors de rites consacrés à la conscience christique. Ce type de symbole mystique est propre à toutes les religions qui recherchent une forme de conscience supérieure aboutissant à la béatitude. Mais attention, ce nectar de double nature est aussi est un poison.
Quand la goute de nectar tombe dans Bindu Visarga, elle est ensuite stockée dans Lalana chakra qui est relié à Vishuddhi. Lalana est situé en haut et à l’arrière du rhinopharynx sur le voile du palais à mi-chemin entre Bindu et Vishuddhi. Ce centre est comme un réservoir glandulaire qui accumule le nectar ou le poison. Tant que Vishuddhi ne s’éveille pas, le nectar et le poison demeurent neutralisés dans Lalana et de là, il chute directement dans le feu de Manipura ou il est consumé instantanément. La goutte de nectar ainsi détruite engendre la vieillesse, la dégénérescence et la mort du corps. Des techniques de Yoga comme kéchari mudra ont pour but de stimuler la collecte et la sécrétion du nectar dans Lalana pour le diriger et le maintenir dans Vishuddhi, le centre de la purification. Si Vishuddhi est sain c’est-à-dire éveillé, le nectar d’immortalité est goutté et absorbé, c’est le secret de la jeunesse et de la régénération du corps.
Une des légendes de la mythologie indoue explique que Vishnu ayant réussi à extraire le nectar et ne sachant que faire du poison, consultât Shiva pour qu’il le conseillât afin de s’en débarrasser sans occasionné de ravage. Shiva l’avala d’une traite, depuis on la nomma Nilakantha c’est pour cette raison qu’il est souvent représenté avec la gorge de couleur bleue.
Cette histoire démontre que si Vishuddhi est purifié, il peut digérer le poison et transcender les aspects néfastes de l’existence car ils sont assimilés à la structure et aux schémas de l’être.
A partir de Vishuddhi et au-delà, tous les concepts de bien et de mal se désactivent ce qui harmonise et clarifie toutes les oppositions. Ce chakra permet de considérer les expériences agréables ou désagréables de la vie, telles qu’elles se présentent et surtout comme une opportunité pour l’élargissement du champ de notre compréhension. Le bon comme le mauvais est absorbé et consumé dans vishuddhi, parce qu’à travers lui ils sont intégrés non pas comme la résultante des lois de ce monde phénoménal, mais comme faisant partie d’une sphère cosmique supérieure. A ce stade, les inégalités de la vie, sont acceptées par une compréhension correcte et judicieuse, en développant la faculté de discernement. Vishuddhi implique par le discernement une prise de conscience supérieure et permet de différencier la connaissance pure des fantasmes et du charabia issus de l’inconscient. Bref, quand vous atteignez ce centre vous arrêtez de prendre les vessies pour des lanternes !!!

L’éveil de Vishuddhi chakra et ses tendance psychiques:
Ce centre est relié à vigyanamaya kosha qui stimule et développe le mental. Quand la kundalini atteint ce centre il est purifié et le mental se clarifie en se libérant du brouhaha des pensées. Vishuddhi agit aussi sur le sens de l’ouïe et amène une très bonne acuité auditive. Il représente un état d’ouverture tant au niveau de la réceptivité que de l’émission des expressions et permet de recevoir les vibrations mentales émises par les autres. Il agit comme un poste émetteur qui capte et nous met sur la fréquence des pensées des gens, qu’elles soient près ou loin de nous. Il a donc le pouvoir de développer en nous le sens subtil de la communication télépathique et d’en évaluer la justesse.
Vishuddhi gère et intègre ces ondes vibratoires de la pensée et les transmet aux autres chakras par l’intermédiaire du cerveau, ce qui imprègne entièrement la conscience individuelle.

Par l’éveil de kurma nadi un canal nerveux associé à Vishuddhi chakra, l’individu peut contrôler les désirs mais aussi les besoins de base comme la soif et la faim. Cette faculté a été prouvée dans le passé par des Yogis tantriques qui s’enterraient en prenant Kéchari mudra. Cette technique leur permettait de retenir leur souffle sans danger et transcender leur besoin de manger et de boire pendant toute la durée de leur exploit. Si la kundalini accède à Vishuddhi, ce centre agit comme une fontaine de jouvence, il confère longévité et permet de jouir de la jeunesse éternelle. Par les pratiques du Hatha Yoga ou du Kundalini Yoga, un rajeunissement physique s’installe progressivement. Normalement nous produisons des hormones de croissance jusqu’à l’âge de 25 ans. Ensuite, le processus d’oxydation des cellules du corps et le vieillissement s’installe, alors que le taux des cellules de régénération diminue. Vishuddhi amène le rajeunissement dans les différents systèmes du corps et s’oppose au vieillissement, combattant ainsi notre condition de « commun des mortels ».
L’éveil de ce centre inclue l’immortalité, l’omniscience et la compréhension des textes sacrés. Il amène la connaissance du passé, du présent et du futur. Le sens de l’ouïe s’accroît par l’intermédiaire de l’affinement des facultés du mental. La peur du néant disparaît et à ce stade le yogi peut abandonner l’objet de sa méditation ce qui et engendre la possibilité d’expérimenter sans danger shoonya le vide. Ce centre permet de se détacher du fruit de nos actions et de ne plus rien attendre de nos efforts, car il n’y a plus de peur de l’échec, ni de notion de victoire.
Dans le Nada-Yoga une des ramifications du Kundalini-yoga, Vishuddhi et Muladhara sont considérés comme les centres fondamentaux de la vibration. Les sept notes de la gamme musicale s’associent avec les sept chakras principaux. Chaque note s’accorde à un niveau vibratoire sur chacun de ces centres. La gamme ainsi chantée avec l’ascension de la conscience dans les chakras sous forme de mantras ou de kirtans (mantra sous une forme musicale) constitue une technique efficace et puissante pour éveiller la kundalini. Muladhara est le premier niveau de vibration et Vishuddhi le cinquième, ces centres émettent à eux deux les sont primordiaux qui structurent la musiques des chakras. Ils produisent les voyelles des lettres vocaliques dessinées sur chacune des seize pétales du lotus et en représentent les sont primaires. Ces sons se dégagent ensuite de Vishuddhi et sont directement connectés au cerveau. La méditation sur Vishuddhi rend le mental aussi vide et aussi pur que l’éther ou l’akasha (l’espace). Il permet à l’individu de devenir un sage et d’accéder à une paix profonde et durable. Pendant la méditation sur Vishudhi l’amrit peut être expérimenté comme un liquide froid qui s’écoule dans le chakra, ainsi l’individu se libère des maladies, de la tristesse et profitera d’une longue vie. Il s’emplira de béatitude et se délectera d’une plénitude parfaite.

Article écrit par Anne France Saunier tous droits réservés copyright déposé.

 

 

 

 

 

 

Written by

The author didnt add any Information to his profile yet